Disorder Screen Control

Disorder Screen Control est une télé-performance, un événement hybride, résultant d’une interaction réciproque (mais non symétrique) entre un espace physique (la grande salle de la Gaîté lyrique) et un espace virtuel (en l’occurrence : la plateforme 3D temps réel Second Life).Depuis Second Life, où deux écrans retransmettent en point de vue subjectif la soirée Discontrol Party de Samuel Bianchini, les avatars sont invités à piloter ces deux caméras-espionnes, incarnées par deux performeuses, en leur envoyant des indications par chat. Dans la soirée, les deux agents infiltrés reçoivent ces instructions, devenant ainsi les avatars physiques des avatars virtuels.

D’autre part, les informations issues de l’observation du public par le dispositif Discontrol Party est interprété et traduit sur Second Life : l’architecture virtuelle ‘écoute’ la soirée et se meut en conséquence (animation des murs et du sol).

Dans la soirée, une vue de l’espace virtuel sur Second Life est également projetée, bouclant ainsi la circulation des regards, jusqu’au larsen. Espace virtuel et espace physique sont intimement liés par des circulations de flux. La fixité des positions d’observateur et d’observé est mise à mal : le contrôle du visible est l’enjeu.

  • Avec Lucile Haute
  • Développement informatique : Alain Barthélémy
  • Build 3D : Frédérick Thompson
  • Assistantes : Lucile Delporte et Marion Estimbre
  • Remerciements : Samuel Bianchini et Antoine Villeret

Partenaires : Coalition Cyborg, ENER et DRII de l’EnsadLab, Metalab 3D-ARTESI île-de-France et La Bibliothèque Francophone du Metavers

  • Télé-performance à la Gaîté Lyrique et sur Metalab 3D ARTESI ïle-de-france, durant le festival Futur en Seine, Paris, 2011